Remontées des groupes

Lors de la messe festive du 19 juin 2016, la communauté de notre secteur a été invitée à répondre, en groupes, à deux questions : « Qui est Jésus pour moi ? » et « Comment suis-je témoin du Christ ? » Voici une synthèse des réponses.

Quand il s’agit d’évoquer Jésus, certains s’appuient sur la Bible ou les dogmes. Il est « le fils de Dieu », « le fils de Joseph et Marie », « l’Emmanuel », « l’alpha et l’omega », « notre sauveur », « le chemin, la vérité et la vie », « le Verbe fait chair », « la porte et le berger », « un père miséricordieux », « le Sauveur », « le rédempteur », « le prophète qui accomplit ce que les autres ont prophétisé », « la parole de Dieu », « mon libérateur », « mon salut », « celui qui est à la fois homme et Dieu, qui est incarné », « celui qui fait partie de la Sainte-Trinité », « celui qui vit en nous », « celui qui est venu pour tous les hommes », « une promesse de vie et d’alliance éternelle » ou tout simplement « Dieu ».

Jésus parle de DieuLe lien du Christ avec le Père est souvent évoqué : « Dieu descendu sur terre pour nous guider vers le Père et nous sauver de nos péchés », « le lien entre le ciel et la terre », « celui qui porte nos prières à Dieu le Père », « le visage de Dieu », « le messager de Dieu » et la « promesse de Dieu ». C’est sans doute aussi ce qu’un groupe a voulu signifier en parlant d’un « trait d’union », entre Dieu et nous, mais peut-être aussi entre tous les hommes. N’est-ce pas ce que l’on retrouve dans l’idée qu’Il est « celui que je vois à travers l’autre » ?

Le GPS de ma vie

Si Jésus est un chemin, nombreux sont les groupes qui voient aussi en Jésus « notre guide », « un cap à suivre ». Dans le même ordre d’idée certains le considèrent comme un « exemple à essayer de suivre », « un repère », une « référence » et même « le GPS de ma vie ».

Dans un registre plus intime, le Christ est désigné souvent comme un ami « qui est chemin et source de vie », un « confident toujours présent », « un compagnon de route », « celui qui est présent dans nos vies », « un soutien », « mon secours », « le réconfort ». En tout cas, c’est un « ami fidèle », « source de joie » et solide : Il est « mon roc », « un pilier », « celui sur lequel je m’appuie et qui me fait vivre », qui « concrétise ma foi » et « m’a révélé la source de l’amour du Père, le pardon pour mieux aimer ». Il « interpelle, pose question » ce « frère avec lequel on n’est pas toujours d’accord, mais [avec qui] on finit par se raccorder ».

Au-delà des associations classiques de Jésus à l’amour, au Bien, à la lumière et même au « soleil » et au « ciel », on trouve encore les désignations suivantes : « le sens de la vie », « un mystère », « mon tout », « le tout autre », « ma béatitude », « ma paix », « ma vie », « mon souffle », « le pardon ». Enfin, en cette année jubilaire, un groupe n’a pas oublié que Jésus est « source de miséricorde ».

Témoigner du Christ

C’est d’abord par les mots que l’on affirme sa foi : « en échangeant au caté » ou « à la maison » ou « quand je vais à Lourdes, […] dans le bus ». On en parle « avec les autres dans l’épreuve », avec ses proches, avec « celui qui le demande ». On peut ainsi « transmettre sa foi », « son chemin », « ce que Jésus nous a lui-même transmis », par exemple en ayant « à cœur son rôle de parrain ou de marraine ». Cela se fait « sans avoir honte d’être chrétien » « et joyeusement », sans « peur de témoigner du Christ autour de nous, avec charité et authenticité ». Il suffit parfois simplement d’être près de « tous ceux qui sont éloignés de Dieu », d’« être à l’écoute et de savoir aider ».

On peut « transmettre sa foi par l’exemple », « en essayant de rayonner », « en étant joyeux, optimiste », « par la joie ». Témoigner c’est « vivre en vérité et justice », « en accord avec soi-même », orienter sa « vie vers la paix ». Notre « engagement citoyen » « pour un monde de tolérance » et de « bienveillance » est également éloquent.

Nos actes parlent aussi de notre foi, « dans la vie quotidienne » en essayant de « vivre ce que nous demande le Christ ». Ainsi une personne affirme : « J’essaie par ma vie de tous les jours au travail et en tant que maman de faire vivre la joie du Christ en partageant des choses simples. » On est témoin « en étant serviteur », « au service des autres avec humilité », « dans les services de l’Église » et de la communauté, en participant à « la vie de la paroisse ». « Quand je vais vers les autres, je fais plaisir à Jésus ». C’est un « engagement », un « don de soi », « selon les dons reçus », en réponse « à l’appel de Jésus ».

Enfin, certains groupes ont noté qu’on est témoin par la miséricorde, « par le pardon », la compassion, « en évitant de juger ».