La joie de tous les Saints

ToussaintSommes-nous des Saints ? Oui par le baptême, mais nous avons du mal à vivre cette sainteté ; plus exactement, c’est le Christ Jésus qui est Saint en nous. De quoi nous émerveiller ! Alors nous avons du mal à comprendre que l’Église canonise plusieurs personnes pour ne citer que le pape Jean XXIII, le pape Jean-Paul II et Mère Teresa récemment. Qu’ont-ils fait ? Ils ont seulement accepté radicalement de suivre l’Esprit saint. Ils sont dans la joie !

Par le baptême, nous avons reçu l’Esprit saint, le Défenseur. « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité. » (Jn 14,16)

L’Esprit saint nous fait suivre le Christ Jésus. Il nous met en mouvement à sa suite. Il nous rend attentif aux merveilles de sa vie dans nos cœurs et dans celle des autres. Il nous invite à nous enraciner dans la Parole ; à le découvrir chaque jour un peu plus dans le monde qui nous entoure… L’Esprit saint me fait faire toutes choses belles… Faut-il pour suivre le Christ Jésus le contempler ? Il est si difficile, aujourd’hui, de percevoir l’action de l’Esprit saint dans notre monde ! Il est si difficile de témoigner de sa présence dans la vie ! Il est nommé le Défenseur, c’est-à-dire celui qui affermit la foi, celui qui renforce puissamment le croyant, celui qui se donne à voir avec les manières nouvelles de la communauté. Dès lors, tout concourt dans la vie du chrétien à se laisser habiter par des pensées de paix et de joie, d’amour et de vérité.

Mais que faire ? En premier lieu, ne pas se laisser décourager par toutes les tristes nouvelles du monde. Cela suppose qu’on a d’autres critères de compréhension et qu’on peut vaillamment se mettre dans de nouvelles perspectives pour transformer ce monde qui nous environne. Mais cette transformation s’opère d’abord en nous-mêmes. En accueillant la Parole d’amour de Jésus, en lui faisant place dans notre cœur, il nous habite de plus en plus. Il fait sa demeure en nous. Et peu à peu, nous transformons nos vues, nos sentiments, nous nous laissons habiter par l’amour et la vérité. C’est pourquoi, nous éprouvons le besoin de confronter nos vues avec d’autres qui sont aussi habités par la présence d’amour. Nous cherchons à être en communion avec eux. Ainsi se construit l’Église,  non sur des pratiques extérieures, mais sur le sentiment profond que Dieu demeure véritablement en nous et qu’Il nous pousse tous ensemble à rendre le monde plus juste. « L’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c’est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l’appelant : Abba » (Rm, 8,15)

Alors la joie du Père fera de nous des Saints

Père Bernard Quéheille